Eglise de Villeneuve

 

 

C’est le monument le plus remarquable de Villeneuve. Les modifications et les ajouts au cours des siècles n’ont pas altéré l’élégance sobre de son architecture : la qualité du matériau utilisé explique cette réussite. Son clocher octogonal, du XVème siècle, domine les toits de la Sauveté. La tour de l’horloge, bâtie elle aussi à la fin du XV ème siècle, moins élevée, complète l’édifice. Pendant des siècles, la vie pastorale a été rythmée par les cloches et le carillon de la tour. Tout autour de Villeneuve, où que l’on soit sur le Causse, on aperçoit la flèche du clocher, ajoutée au XIXème siècle et la tour Saint Michel qui servent de point de repère.

Eglise romane

planegliseLe plan de l’église du Saint-pulcre de Villeneuve est celui de la basilique de Jérusalem construite autour du tombeau du Christ au VIIème siècle : un portique circulaire, autour du tombeau et quatre absides orientées vers les quatre points cardinaux.

Le porche d’entrée, à l’ouest est surmonté d’un arc en pleine cintre  et est dépourvu de tympan.. Dès que l’on pénètre dans le narthex, vestibule réservé aux étrangers au monastère, le plan de l’église initiale est bien visible. Deux absides s’articulent autour d’une coupole nervurée, supportée par quatre colonnes massives. La chapelle, côté Nord, est celle du Saint-Sépulcre qui sera ultérieurement ornée de peintures au 14ème siècle. Côté Sud, la chapelle des morts s’ouvrait sur le cloître, aujourd’hui détruit, et permettait l‘accès direct des moines aux offices. La dernière abside a été détruite pour permettre l’extension de l’église au XIII  siècle. Une tribune est située au-dessus du narthex.

Eglise gothique

eglise arbre

L’Eglise Saint-Pierre et Saint-Paul prolonge l’église primitive. C’est une longue nef gothique à une seule travée, de style languedocien. Son chevet à cinq pans est éclairé par cinq grandes verrières. Les vitraux contemporains, lumineux et sobres, s’intègrent parfaitement au chœur. Ils représentent le Christ entouré de ses deux apôtres, Pierre et Paul, saints protecteurs de la paroisse. Dans le chœur, on remarque les stalles, en plis de serviettes, du XV siècle.

Le Christ est lui aussi du XV siècle. L’autel, en bois doré à la feuille, est du XVIIIème. Six chapelles, construites  pour des notables, se situent de part et d’autre de la nef. On remarquera tout particulièrement, dans la chapelle de Notre-Dame de la Pitié, une mise au tombeau du XVIIème  siècle peinte par le maître Agar.